Share on FacebookGoogle+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestEmail to someoneshare on Tumblr

Mener une vie remplie de bonnes intentions est l’une des façons de faire venir le bon karma à soi; et pour certains d’entre nous, c’est une évidence. L’un des exemples les plus inspirants est la Fondation Tiny Miracles, fondée en 2012 par Laurien Meuter et Pepe Heykoop, animés d’une mission : supprimer l’extrême pauvreté dans une petite communauté de bidonvilles, en Inde.

« La première fois que j’ai entendu parler de la Fondation Tiny Miracles, c’est par notre directrice de création, Eva Elias, qui m’a parlé de cette amie Laurien Meuter », nous confie Raymond Cloosterman. « Laurien a renoncé à sa prestigieuse carrière bancaire pour poursuivre ce rêve ambitieux de briser le cercle de pauvreté d’une petite enclave dans les bidonvilles de Mumbai »

« Sa bonté, son dévouement et sa passion envers de parfaits inconnus, à l’autre bout de la planète, ont eu raison de moi. J’ai voulu l’aider. Plutôt qu’un simple don d’argent, l’idée était d’améliorer durablement la situation en créant une prise de conscience, un système de santé, des emplois et un système d’éducation. Pour cela, il a fallu embaucher un médecin et instaurer des rituels d’hygiène quotidiens : se laver les mains, se brosser les dents, disposer de médicaments adéquats. La fondation a ainsi réussi à réduire le nombre de malades, empêchant des morts inutiles. Toutefois, ils avaient besoin d’aide pour financer leurs dépenses. Pour Rituals, tout concordait. Nous avons volontiers contribué à leur cause et n’avons pas cessé depuis », poursuit Raymond. « Pour aider la fondation, nous avons récemment créé la nouvelle collection pour bébés Tiny Rituals : 10 % du produit de la vente est destiné à la mise à disposition de médecins, d’enseignants et de médicaments pour la communauté », explique Raymond.

« Il était donc logique de leur rendre visite pour voir ce qu’ils avaient accompli jusqu’à présent. »

CHALEUR HUMAINE ET GÉNÉROSITÉ

La visite de Raymond en Inde, accompagné de sa famille, lui a ouvert l’esprit sur un monde de contrastes extrêmes : d’un côté, richesse des traditions anciennes, palais en or, temples et nature à vous couper le souffle ; de l’autre, la pauvreté extrême qui touche un grand nombre d’indiens. « La visite de la communauté Pardeshi à Mumbai a été sans aucun doute l’un des points forts de notre voyage », nous confie-t-il. « Nous avons été accueillis avec tant de chaleur humaine et de générosité : un gâteau au chocolat, des guirlandes de fleurs, des représentations au milieu d’une petite cour, et des centaines de sourires heureux. Ça a été une expérience très émouvante. Mais ce n’est pas tant la pauvreté extrême ou la miséricorde qui m’ont le plus touché », poursuit Raymond. « C’est l’espoir débordant et l’énergie positive omniprésents de cette communauté. Voir les gens si heureux et reconnaissants alors qu’ils ont si peu. Cela m’a vraiment permis de mettre les choses en perspective. »

CHANGER DES VIES

L’une des femmes vivant dans la communauté s’est confiée à Raymond ; elle et sa famille de quatre personnes ont maintenant une petite pièce pour manger, dormir et vivre, grâce à l’aide de la fondation. Quel chemin parcouru ! Quatre ans plus tôt, cette famille vivait dans la rue sous une bâche en plastique, perpétuellement à la recherche de quoi se nourrir. Cette femme a maintenant un travail, a appris à lire et à écrire et ses enfants vont à l’école. Ce changement a renforcé son autonomie et lui a rendu sa dignité de femme ; elle a désormais l’espoir d’un avenir meilleur. Et ce n’est pas la seule dans cette situation. La Fondation Tiny Miracles a permis à plus d’une centaine de femmes de trouver du travail.

Leur vie, et celle de leur famille, a radicalement changé. Les méthodes de la fondation ont fait leur preuve. Les Pardeshis sont en voie de devenir une communauté parfaitement autonome. La fondation estime qu’il faudra sept ans à cette communauté de 700 personnes, pour devenir autonome.

Certes, c’est un petit groupe, mais c’est une première étape décisive. D’autres communautés suivront. L’année prochaine, la Fondation Tiny Miracles commencera un nouveau projet à une petite heure de Mumbai, où elle mettra en œuvre le même concept. À Raymond de conclure : « Nous sommes immensément fiers d’être impliqués dans ce projet »

UNE FONDATION SOLIDE

La Tiny Miracles Foundation a été fondée en 2012 par Laurien Meuter et son cousin, le designer Pepe Heykoop. Ils sont tous deux tombés sous le charme et la beauté de l’Inde, son esprit, ses traditions hautes en couleur et l’amabilité des gens. Ils se sont également sentis accablés par la misère, les conditions de vie déplorables et la pauvreté omniprésente dans les bidonvilles. Abus de toutes sortes, multiplication des problèmes de santé et de dépendance, enfants n’ayant pas accès à l’école, vie dans la rue. Laurien et Pepe ont décidé de se concentrer sur la petite com munauté Pardeshi, une zone jouxtant les quartiers rouges de la ville. La fondation s’était donné pour mission d’élimi ner la pauvreté à travers une approche holistique traitant simultanément tous les domaines de la vie : accès aux soins de santé de base, à l’éducation, fourniture de médicaments et visites hebdomadaires chez le médecin, création d’emplois (pour les femmes). Elle met aussi l’accent sur l’observation et le respect des rites et des traditions de la communauté, et leur bien-être.

This post is also available in: Anglais Néerlandais Espagnol Allemand Suédois

Related posts

Leave a Comment

Error: Please check your entries!