Share on FacebookGoogle+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestEmail to someoneshare on Tumblr

L’image d’un Buddha bien en chair vous est désormais bien familière; ce gaillard turbulent, au ventre protubérant qui porte le nom de Laughing Buddha, a été l’inspiration de notre collection éponyme. Mais connaissez-vous vraiment cet homme éxubérant ? Qui était-il ?

Son histoire

A l’origine, il était surnommé Hotei (au Japon) ou Budai ou Pu-Tai (en Chine). Aujourd’hui, il est plus connu sous le nom de « Bouddha qui rit », d’où « Laughing Buddha », en raison de son large sourire. En Chine, les gens l’appellent également « l’Affectueux » ou « le Chaleureux ». Ce personnage est inspiré d’un moine d’une grande excentricité, ayant vécu il y a plus d’un millier d’années en Chine, et devenu l’un des principaux symboles des cultures bouddhiste et shintoïste.

Quant au nom Pu-Tai, il se traduit littéralement par « toile de jute », matière dans laquelle était faite le sac à dos qu’il ne quittait jamais. Pu-Tai était, selon la légende, un maître zen très gentil et généreux. Son caractère bienveillant lui a valu d’être reconnu en tant que Maitreya, le futur Bouddha.

La légende

Selon un ancien mythe, cet homme de bien se rendait de ville en ville pour accomplir sa mission: répandre le bonheur et la joie partout où il allait. Pu-Tai était un personnage charismatique qui attirait les gens à lui comme un aimant, et ce où qu’il soit. Il est ainsi souvent représenter entouré d’une foule, composée en grande partie d’enfants enthousiastes. Selon la légende, le moine distribuait alors des bonbons et de petits jouets qu’il sortait de son sac en toile de jute, après quoi il déposait le sac, regardait fixement le ciel et commencer à rire follement. Son rire s’avérait si contagieux que très vite, toute la foule se mettait à rire avec lui. Là était le signal que sa misison était accomplie, il ramassait alors son sac et partait pour la prochaine étape de son périple. Voilà comment le Laughing Buddha répandait la joie là sur son chemin.

Buddha statue

Le pouvoir du rire

Pu-Tai était un homme de peu de mots, à vrai dire, il ne parlait presque jamais. Dans les rares occasions où il s’exprimait, il se contentait d’expliquer pour quelles raisons il agissait ainsi.  Ainsi, la distribution de bonbons était pour lui symbolique: « Plus vous donnez, plus vous recevez. » Son sac, quant à lui, représentait les difficultés et angoisses accumulés par tout un chacun au fil d’une vie. Au lieu de se cramponner à eux, mieux valait s’en éloigner, en les déposant sur le sol (tout comme il le faisait symboliquement avec son sac) puis en rire. En effet, face à un obstacle, mieux vaut rire que pleurer. Le rire recèle, selon lui, une magie capable de combattre et d’affablir les problèmes, les rendant plus faciles à gérer.

Il s’est avéré que cet homme avait une très bonne compréhension du corps humain. Plus de mille ans avant notre ère, il avait saisi que le rire était bon pour la santé. En effet, lorsque nous rions, nous produisons des hormones et enzymes bénéfiques à notre corps. Et quand on se sent bien, on pose un oeil nouveau sur nos problèmes.

Pu-Tai a vécu une vie de rire, et même à l’approche de sa mort, il est parvenu à faire de cet événement tragique une énorme farce. Sentant sa fin venir, le moine avait demandé  à ses proches de brûler son corps immédiatement après sa mort. Ils ont été très surpris par ce choix, la crémation n’étant alors pas une coutume du bouddhisme zen. Mais ses désirs ont été respectés, et au grand étonnement de tous, à l’instant où le feu eut été mis sur son corps, un feu d’artifices se déclencha dans tous les sens autour de lui. La légende raconte qu’il aurait cachés un grand nombre de pétards et fusées dans ses vêtements, afin que même dans les moments les plus dramatiques, le rire s’impose.

Buddha children

Cette légende a donné naissance à une coutume chinoise. Celle-ci veut que frotter le ventre d’une statue de Laughing Buddha vous apportera chance, prospérité et bonheur.
Suivons les traces de ce moine légendaire, et n’oublions jamais sa sagesse éternelle: quoi qu’il arrive, nous devons trouver la force de rire, parce que quand nous sourions au monde, le monde nous sourit en retour !

Rituals Laughing Buddha

This post is also available in: Anglais Néerlandais Espagnol Allemand Suédois

Leave a Comment

Error: Please check your entries!